Audience auprès de P. MAHÉ conseiller auprès de Manuel VALLS…

Aucune image
Notre audience auprès de Philippe MAHÉ conseiller auprès de Monsieur Manuel VALLS, en présence de Frédéric ROSE, sous-Préfet de DREUX, en charge du dossier.
 
Nous avons profité de la venue de Manuel VALLS à CHARTRES pour l’inauguration de l’usine GUERLAIN pour l’interpeller au sujet du projet de concession autoroutière A154.

Martine TROFLEAU, Présidente de la FEEL représentait les associations adhérentes et François BREDON, les associations amies dont JOUONS COLLECTIF A154, en sa qualité de Président de SAINT-PREST et GASVILLE OISÈME ENVIRONNEMENT.
 
Cette audience n’a pas été facile à obtenir, étant donné le grand nombre de demandes faites (syndicats ouvriers, syndicats agricoles, etc…)
 
Comme dans ce genre de rencontre, le timing est parfois incontrôlé, nous avions François et moi préparé un communiqué (cf. ci-dessous) que nous pouvions remettre si l’audience était annulée au dernier moment.
 
L’entrevue a duré une petite demi-heure.
 
D’entrée, Monsieur le Conseiller de Manuel VALLS s’est présenté comme le représentant du 1er Ministre ; il a été chargé par celui-ci de nous écouter et de lui rendre compte.
 
Après avoir lu le communiqué ci-dessous, nous avons proposé de développer le point qu’il était nécessaire de préciser. 
 
Le Conseiller du 1er Ministre connaissant nos actions et l’existence du projet alternatif. Il nous a assuré que ce projet devait être évalué, comme il se doit, pour être présenté en parallèle du projet de l’Etat. Ceci a été dit et redit en fin d’audience. 
 
Philippe MAHÉ nous a trouvé « tenaces », mais dans notre rôle. Il connaissait bien toutes nos actions et démarches. 
 
Notre message est repris dans le communiqué suivant qui a été remis à Monsieur Philippe MAHÉ.
 
COMMUNIQUÉ

Les associations représentées à l’audience du vendredi 6 février 2015, avec Monsieur Mahé, Conseiller auprès de Monsieur le Premier Ministre, accompagné de Monsieur Frédéric Rose, Sous-préfet de Dreux en charge du dossier de la RN154,

souhaite que Monsieur le Premier Ministre, à l’occasion de sa visite dans notre département, prenne connaissance par la voix des Associations, du ressenti des citoyens d’Eure-et-Loir, usagers ou riverains des RN154 et 12, sur le dossier de la mise en concession de ces routes nationales.

Bien au-delà des adhérents des associations de défenses de l’environnement les citoyens ne comprennent pas les différentes décisions qui ont été prises successivement dans le cadre du « processus de démarche démocratique ». Ils se sentent « floués » par les pouvoirs publics, alors qu’ils mettaient beaucoup d’espoir dans la démocratie participative.

Aujourd’hui cette incompréhension se transforme en colère que les associations essaient de canaliser sur un projet alternatif qui correspond à la prise en compte de leur besoin de mobilité durable au quotidien.

En tant que responsables associatifs, nous tenions à faire part à Monsieur le Premier Ministre de ce fort malaise d’une part importante de la population qui se trouve dans des situations difficiles et que la mise en concession d’un bien commun à tous que sont nos Routes Nationales, viendra aggraver.

Nous rappelons à Monsieur le Premier Ministre que nous travaillons toujours à une solution alternative.

Chartres, le 6 février 2015

 

VOTRE AVIS nous intéresse...

Nous nous réservons le droit de refuser toute publication calomnieuse ou sans rapport avec l´objet de notre Association.

*

Vos avis et commentaires...

  1. Attentive à votre action depuis toujours, je tiens à vous encourager à poursuivre et vous remercie pour cette nouvelle initiative du 6 février dernier. Si utile, je reste à votre disposition pour vous aider dans vos démarches.
    Bien cordialement, Françoise VALLET, ancienne députée 1re circonscription d’E&L

  2. Bravo pour votre pugnacité qui a permis de présenter votre action au plus haut lieu.
    Il est important que le projet de concession autoroutière envisagé pour la 154 ne se réalise pas tel que proposé . Alors que d’autre part on entend de certains dirigeants politiques des critiques a l’encontre des profits indécents que réalisent les concessionnaires des autoroutes privatisées, ce serait un comble de faire payer les euréliens pour l’utilisation de la 154 qu’ils paient déjà par leurs impôts au département.