Notre Assemblée Générale et ses rebondissements

Aucune image

Après avoir remercié la nombreuse assistance dont Christian GIGON Maire de Champhol et Conseiller Général, Sandra RENDA Conseillère Régionale, Martine TROFLEAU, Présidente de la FEEL, Stéphane MAGUET Président de JOUONS COLLECTIF A 154, Serge CORDA, adhérent de l’ASCVEG, l’association RN 154 pour tous, lecture est faite du message de soutien de Jean-Claude LAGRON, Président de l’association A10 GRATUITE :

« Bien que nos objectifs soient un peu différents, nous avons la volonté commune de faire entendre les intérêts des populations concernées, notamment en ce qui concerne leurs conditions de vie et de transports quotidiennes.

Nous sommes, les uns et les autres, face à la démission de l’État et aux multiples facettes de son désengagement sur ses missions essentielles seules susceptibles de garantir l’égalité territoriale.

Ce désengagement sur ses missions essentielles seules susceptibles de garantir l’égalité territoriale.

Ce désengagement fait la part belle au puissant lobby des concessionnaires comme en atteste la nouvelle vague de privatisations des infrastructures prévues dans le nouveau plan de relance autoroutier.

Avec tous nos vœux de succès pour 2014, soyez assurés de notre solidarité. »

Nous avons également eu un message de soutien d’un Conseiller Municipal de Luisant :

« Je ne manque pas de parler de ce problème qui nous concerne tous, à chaque occasion que j’ai dans ma vie « publique » (encore le 9 janvier lors de la commission des finances de la vielle, à propos des incidences possibles, si par malheur, les élus (irresponsables) du département avaient cette folle idée de financer ce délire environnemental).»

François BREDON rappelle les événements de l’année 2013 et l’évolution du projet de mise en concession autoroutière de la RN 154.

Le point fort de l’année 2013 a été le rapprochement de toutes les associations contre ce projet, de l’ensemble du tracé, du Nord au Sud.

Le 27 juin, la commission « mobilité 21 » a remis son rapport au 1er Ministre.

Par la presse, nous avons appris le revirement de François BONNEAU, Président du Conseil Régional, qui nous avait pourtant assuré, lors de sa venue sur le site, qu’il ne voyait pas l’utilité d’une autoroute et de toute façon ne mettrait pas 1 centime sur ce projet, se consacrant en priorité à la réouverture de la ligne SNCF Chartres/Orléans.

Le 5 juillet, nous avons été reçus, avec toutes les associations du Nord au Sud, par François BONNEAU, à Orléans, sous l’égide de la FEEL pour comprendre ce revirement de position, qui en fait est guidé par la menace de voir l’Eure-et-Loir rattaché à l’Ile-de-France et qu’il fallait développer conjointement le routier et le ferroviaire.

Le 9 juillet 2013, Jean-Marc AYRAULT décidait de suivre les conclusions du rapport de la commission « mobilité 21 » en optant pour le scénario 2, priorité 1 pour la partie RN154 / RN12 avant 2030, puis la fin d’aménagement après 2050. Sans définir s’il s’agissait d’une concession autoroutière.

Nous pensions être plus sereins après cette décision, c’était sans compter sur la détermination des élus et parlementaires pro-autoroute qui ont été reçus par le Ministre le 10 juillet pour contester cette décision.

Le 10 juillet 2013, les élus et parlementaires, accompagnés de François BONNEAU, rencontraient le Ministre des transports pour obtenir un délai de réalisation plus proche via la concession autoroutière.

Le 22 juillet 2013, toujours sous l’égide de la FEEL nous avons rencontré à nouveau François BONNEAU pour connaître la réponse du Ministre.
– Le Ministre s’est engagé à consulter le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable pour études supplémentaires tenant compte des enjeux financiers, d’éléments objectifs, quantifiés et environnementaux. Ils devaient se revoir en septembre.

Le 9 décembre 2013, dernière nouveauté, le Président du Conseil Communautaire de Chartres Métropole, Mr Gorges, fait voter une motion autorisant la prise en charge par les 47 communes de la partie financière que l’Etat ne financera pas, jugeant « qu’il serait criminel de ne rien faire ».(et sans en connaître le montant), motion acceptée par 84 votes pour sur 94 votants !

Ce qui revient à dire que le projet sera financé par les seuls contribuables euréliens : cadeau des tronçons en 2 x 2 voies déjà financés (la plus grande partie), participation à la subvention d’équilibre, prise en charge de la part de l’État en plus de la part de la région , et bien sûr, paiement du péage, et ce pour quel montant ?

Le 15 janvier 2014, les élus et parlementaires seront à nouveau reçus par le Ministre des Transports.

De notre côté, avec la collaboration très étroite et professionnelle de Serge CORDA et Jean ROUME, de l’ASCVEG, nous finalisons une proposition de projet alternatif qui serait beaucoup moins onéreux et plus respectueux des terres agricoles et de l’environnement. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Serge CORDA, technicien territorial retraité habitant le sud de l’Eure, et devant l’aberration de ce projet, a pris en main cette étude et ne ménage pas son temps pour présenter au Ministre une proposition plus réaliste, avec un tracé 3 fois moins long et donc moins côuteux, respectueux des espaces naturels et des terres agricoles.

Nous avons également un souci économique, celui de ne pas enrichir les concessionnaires. La France est le pays qui a le plus important réseau routier. Bientôt la France ne sera plus couverte que par des routes.

Avec Jean ROUME et Bertrand THIERRY également de l’ASCVEG, ils ont parcouru à pied le tracé du tronçon RN154 / RN12 pour réaliser cette étude. Elle sera bientôt prête.

Le mercredi 8 janvier, nous les avons accompagnés dans la même démarche pour une proposition sur l’aménagement par l’Ouest pour rejoindre le barreau de PRUNAY-LE-GILLON.

Dès que notre proposition sera finalisée, rendez-vous sera pris auprès du Ministre pour présenter cette solution.

Serge CORDA a également rencontré le Maire de MAINVILLIERS pour lui soumettre ce projet qui propose des solutions pour fluidifier la circulation sur la rocade actuelle à l’ouest de Mainvilliers.

Les documents de travail sont exposés et mis à la disposition des participants appelés à faire leurs remarques éventuelles.

Christian GIGON fait remarquer qu’il faut continuer à se battre. Les ronds-points de la rocade sont les principaux responsables des bouchons. Que penser du giratoire supplémentaire qui va être créée près du passage à niveau à quelques mètres du rond-point de la route d’Orléans. Il est à craindre des risques d’accident.

Les informations qui sont données sont erronées, qu’il s’agisse des statistiques de fréquentation de la rocade, d’une éventuelle gratuité pour les euréliens ou bien encore de l’accidentologie.

Quant à la décision du Ministre de revenir sur la décision du 9 juillet concernant le projet vendéen, sachant que l’État ne mettra pas un sou sous condition de ne pas toucher au marais poitevin, nous serions curieux de savoir comment cela va être possible.

 

Il s’en suit la prise de paroles de différents intervenants :

Christian GIGON précise : « Nous devons nous battre sur la totalité du parcours, l’environnement ne se partage pas ».

Stéphane MAGUET fait remarquer que la motion de Chartres Métropole n’engage pas les communes du sud du département puisqu’elles n’en font pas partie .

Sandra RENDA précise que le 9 décembre, Chartres Métropole n’a voté qu’une motion, la décision ne lui appartenant pas. Elle confirme par ailleurs la position de François BONNEAU qui ne versera pas un centime sur ce projet, et qu’il est contre toute privatisation. Ses engagements sont orientés uniquement sur la ligne ferroviaire Chartres/Orléans. Elle veillera au respect de ces engagements.

La première pierre sera d’ailleurs posée le 21 janvier à VOVES pour l’ouverture du tronçon Chartres/Voves.

François CATEL lui, pense que la seule solution est de fluidifier l’ouest car il voit mal comment une autoroute pourrait passer à l’Est de Chartres sachant que les projets d’aménagement du plateau

Nord-Est de Chartres ne laissent aucune place au passage d’une infrastructure routière, sauf à raser une partie des habitations.

Par ailleurs, comment les 47 communes moyennes vont-elles assumer financièrement tous les projets lancés, comment faire si l’Etat n’assume pas son rôle ?

Guy PLIVARD fait remarquer qu’il serait intéressant de chiffrer le coût par habitant de cet engagement.

Comment un concessionnaire pourrait traiter avec un département et non avec l’Etat ?

A la remarque d’aller manifester à Paris le jour du rendez-vous des élus chez le Ministre, nous répondons qu’une manifestation n’a de poids que s’il y a suffisamment de monde.

Nous ne sommes pas des fauteurs de troubles ni des casseurs, nous voulons seulement faire valoir la réaction des citoyens responsables que nous sommes face à des projets hors du temps.

Il faut réfléchir à une communication massive auprès des administrés avec plans à l’appui.

 

MAINTENONS NOTRE MOBILISATION
NOUS AVONS DES ARGUMENTS

 

NOS AUTRES ACTIONS EN 2013

  • RECOURS ADMINISTRATIF

Le 20 février 2013, nous avons déposé un recours administratif commun, avec la Mairie d’Allonnes, des particuliers, l’association JOUONS COLLECTIFS A 154, pour faire annuler la décision du Préfet de Région quant au choix du fuseau.

En date du 12 septembre 2013, nous avons été déboutés, cette décision ne constituant qu’une phase de la procédure d’information et de concertation précédant la DUP.

Par ailleurs, le Préfet qui demandait 1000 € de dédommagement pour des frais non justifiés a également été débouté.

Ce qu’il faut retenir de cette démarche, c’est d’avoir montré notre détermination à ne pas laisser faire. Nous gardons à l’esprit d’engager d’autres recours si besoin était.

  • INAUGURATION DU BARREAU DE PRUNAY-LE-GILLON ET ALLONNES

Le 12 mai 2013, un car affrété par la DREAL a emmené les élus et parlementaires sur cette déviation de 8 kilomètres qui soulage les habitants, notamment ceux d’ALLONNES d’une circulation qui devenait infernale.

A la remarque d’un parlementaire qui faisait remarquer à Claude GALLET, Maire d’ALLONNES, qu’il devait être tranquille maintenant, celui-ci lui a rétorqué que cela risquait d’être de courte durée si cette déviation devenait partie intégrante de l’autoroute. La réponse fut plus que surprenante « non une autre voie sera construite pour l’autoroute ! »

C’est à se demander si nos élus savent bien de quoi « ils parlent », ce qui est très inquiétant quand on sait que ce sont « les mêmes » qui vont défendre ce projet auprès de l’État !

  • CONFÉRENCES DE PRESSE

Avec les associations drouaises et la FEEL

Le 3 juillet 2013 à DREUX

Le 4 juillet 2013 à SAINT-LUBIN-DES-JONCHERETS

Le 22 octobre 2013 à GARNAY

  • AUTRES

Le 10 juillet 2013 – réunion avec la DREAL et la DIRNO à DREUX

Le 11 octobre 2013 – rencontre avec le sous-préfet de DREUX, nouvellement nommé, Frédéric ROSE. Il nous a dit ne pas avoir encore reçu sa lettre mission. Il doit nous en informer dès réception ?

A ce jour, 1 janvier, aucun information ne nous a été communiquée sur la mission qu’il est susceptible d’avoir reçue.

 

AMÉNAGEMENT DU PLATEAU NORD-EST

Nous avons fait part de nos remarques sur ce projet qui a été présenté aux habitants.

1) Le bétonnage de cette surface agricole ne sera pas sans entraîner des répercutions sur l’écoulement des eaux en direction de la Roguenette avec les risques d’inondation qui ne manqueront pas de se répercuter sur Saint-Prest et les communes de Gasville/Oisème entraînant un débordement de l’Eure.

2) Les nuisances, tant de circulation que sonores sans bien sûr omettre les nuisances olfactives et de pollution, pour les habitants situés à environ 350 mètres du futur parc des expositions.

3) Le bâtiment sera situé dans la zone d’envol et d’atterrissage de l’aérodrome, donc :

a. Risques d’accidents

b. Une partie du bâtiment sera situé en zone C (nuisances sonores de l’aérodrome.)

 

NOTRE SITE INTERNET

Notre site internet continue de connaître un franc succès.

– En 2012, sur 7 mois, 5 472 visites, soit environ 24 visites par jour

– En 2013, sur 12 mois, 10 362 visites, soit environ 28 visites par jour

Nous tenons à remercier notre informaticien Jean-Marc COURILLAUD – C-HOME Informatique, pour l’assistance qu’il nous apporte au quotidien.

 

RAPPORT FINANCIER

Alain CHERON, Trésorier, présente le bilan financier (tableau joint)

109 personnes nous ont renouvelé leur confiance en 2013

53 personnes sur GASVILLE/OISEME, pour un montant de 805 €

56 personnes sur SAINT-PREST, pour un montant de 1 370 €

Nous avons reçu 2 subventions

100 € de la Mairie de CHAMPHOL

300 € sur l’enveloppe cantonale de notre Conseiller Général qui nous a permis de financer notre sono que nous étrennons pour un montant de 267.99 €

Nous provisionnons une enveloppe de 3 800 € pour un recours éventuel.

Au 30 novembre 2013, le solde s’élève à 1 470.10 € 

5 121.15 € sont déposés sur le livret A

 

RENOUVELLEMENT DES MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Sylvie NOULIN, secrétaire adjointe et Alain CHERON , trésorier, souhaitent ne plus faire partie du conseil d’administration, tout en restant membres de l’association.

Il a été ensuite procédé à l’élection des membres du Conseil d’Administration.

Les autres membres ont été reconduits pour l’exercice 2013/2014 :

Doune GODIN et François CATEL, ont été élus à l’unanimité au Conseil d’Administration.

Le Conseil d’Administration a entériné leur élection au poste de :

Trésorier pour François CATEL

Secrétaire adjointe pour Doune GODIN

 

NOTRE REPAS ANNUEL
Forts du succès remporté les années précédentes, nous vous convions à notre repas annuel dont la date a été fixée, en fonction des disponibilités de la salle et des intervenants, au

SAMEDI 22 MARS 2014

Nous vous espérons nombreux.

Merci encore à tous de votre présence, nous étions près d’une centaine de personnes.

Nous avons continué à échanger autour de la galette et du pot de l’amitié.

 

AG-2014AG-2014-2 Source L’Écho Républicain – Article paru le  12/01/2014

 

VOTRE AVIS nous intéresse...

Nous nous réservons le droit de refuser toute publication calomnieuse ou sans rapport avec l´objet de notre Association.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.