RÉPONSE DU GARANT…

Aucune image
RÉPONSE DU GARANT à la question posée par un habitant de Saint-Lubin-des-Joncherets
 
Si l’option d’une concession autoroutière est retenue pour l’étude des tracés et lieux d’échange, la décision définitive n’est pas encore prise. Il est important que toutes vos remarques soient transmises à la DREAL afin que l’Enquête Publique aboutisse à un abandon du projet et opte pour notre projet alternatif.
 
Nous vous rappelons que nous avons pu obtenir le report du délai de la 2ème Concertation Publique au 13 MARS 2015.

 
 
Sent: Monday, February 09, 2015 10:57 AM
Subject: Message pour le garant

Sujet : projet autoroutier N154 et N12

Message : Pourquoi vouloir absolument faire une autoroute qui va coûter très cher alors qu’une autre alternative existe MOB28 qui me paraît respecter l’environnement et coûter nettement moins cher, tout en récupérant les routes existantes ?
J’approuve fortement le projet MOB28 qui ne devrait pas défigurer le paysage et conserver les terres agricoles.

Une habitante de SAINT-LUBIN-DES-JONCHERETS

 

De : Jean-Yves AUDOUIN <jyaudouin@orange.fr>
Date : 10 février 2015 16:48
Objet : Re :RN 12 -RN154 – Message pour le garant
 
Monsieur,
 
Je vous remercie, prenant connaissance du message que vous m’adressezdans le cadre de la concertation en cours sur les tracés et les implantations des échangeurs et diffuseurs, de votre participation. 

Nous nous situons, vous le savez, sur un projet de concession autoroutière qui a pour objet d’accélérer la réalisation de la mise à 2×2 voies de la RN 154 de Nonancourt au raccordement au Loiret.

Après le Débat public approfondi de 2009 – 2010, le principe du projet ainsi conçu a été décidé le 25 juin 2010 puis confirmé en janvier 2014, soit donc par deux Gouvernements successifs et différents. L’Etat, maitre d’ouvrage, a confié au préfet de région/DREAL, le soin de procéder à toutes les études nécessaires, notamment pour un premier choix des options prioritaires de passage réalisé en décembre 2012, après une première phase de concertation, puis aujourd’hui sur les tracés et les lieux d’échanges, le tout pour aboutir au dépôt du dossier qui sera soumis à l’enquête publique prévue, dans le calendrier actuel, au premier semestre 2016.

A l’occasion de l’enquête publique, chacun pourra se prononcer sur le dossier lui-même quant aux aspects techniques du projet retenu, mais aussi pourra revenir sur l’utilité globale (pour ne pas redire « publique ») du projet d’autoroute. Le projet pourrait alors, après les conclusions de la commission d’enquête, être arrêté ou, si le ministre le décide, transmis pour avis au Conseil d’Etat. Si le décret avalise le projet, on entrerait, non plus dans une phase de concertation administrative, mais dans le domaine du contentieux.
 
Vous faites référence au projet, que vous appuyez, présenté par un groupe d’Associations d’Eure et Loir, intitulé MOB 28 et proposé comme une alternative à l’autoroute. Je confirme que la DREAL a accepté de l’examiner avec soin, tout en rappelant que la commande du ministre à ses services est de présenter un projet autoroutier.
 
Je note vos préoccupations sur la protection de l’environnement et sur le sujet de la consommation des terres agricoles.
 
Je transmets à la DREAL votre message ainsi que cette réponse. 
 
Avec toute ma considération. JYA./.

 

 

VOTRE AVIS nous intéresse...

Nous nous réservons le droit de refuser toute publication calomnieuse ou sans rapport avec l´objet de notre Association.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vos avis et commentaires...

  1. Voici un texte envoyé via la DREAL et transmis, selon l’AR reçu:

    Pauvre Oisème …

    Je suis un habitant de Gasville Oisème qui suit avec effroi ce qui va arriver à notre commune si la projet A154 devient réalité !

    En effet, dans un premier temps Oisème a été ignoré en tant qu ‘agglomération dans le projet tel qu’il a été présenté en 2012, en même temps que la traversée de la RN10 et de A11, qui ne semblait poser aucun problème particulier (pas de point remarquable sur les cartes présentées), alors que ce genre de franchissement en posait sur les autres variantes…

    Vraiment très, très curieux.

    Maintenant que le trajet « privilégié », sans qu’on ait jamais su par qui, est choisi, on s’aperçoit que ce projet empiète sur la commune au point qu’il faudra peut-être raser des maisons !!!

    Est-ce réellement cela l’amélioration des conditions de vie locale dues à ce « progrès » ?

    Et votre projet prévoit-il réellement de passer au dessus de la voie ferrée désaffectée, surplombant ainsi les habitations ???

    C’est une solution absolument inadmissible !

    L’ensemble des nuisances de cette deuxième autoroute venant polluer beaucoup plus un site rural et plutôt calme jusqu’à présent vous a-t-il été présenté comme admissible par la population ???

    Sûrement NON. Mais alors par qui ???

    Et tout le monde a entendu en réunion à Chartres que les aménagements dans cette zone primitivement oubliée n’engendrait aucune augmentation du coût total !!!
    Et pourtant tout cela suppose un nombre d’aménagements imposants pour rendre votre projet réellement envisageable, et donc un coût supplémentaire non négligeable.

    Enfin, pour les habitants de ce secteur, plus d’un millier, il s’agit plutôt de l’érection d’une barrière et non pas de l’installation d’une amélioration des moyens de communication…

    Au total, ce projet ne répond pas aux critères donnés par les décrets ministériels, bien au contraire.
    Ces décrets ayant d’ailleurs été sollicités par certains de nos élus, pour des raisons très controversées et peu justifiées selon beaucoup d’avis autorisés.

    Et comme vous savez cela pertinemment, je pense que vous serez de mon avis :
    Pour ne pas asphyxier nos villages et conserver une vie locale active, seul un aménagement de l’existant facilitant à la fois la communication locale et le transit interrégional donne entière satisfaction.

    Ce qui inclut aussi l’aménagement de la déviation actuelle de Chartres, seule solution pour éviter un engorgement systématique en raison des projets importants des mêmes élus dans l’ouest chartrain…
    Mais ceci est une autre histoire, pourtant intimement liée

    Guy Plivard